Ces marques alimentaires se réinventent pour attirer la nouvelle génération

Dans un article paru sur Mother Nature Network – un réseau en ligne sur les informations liées à l’environnement et la vie responsable, l’auteur Michael d’Estries explique comment six grandes marques de l’alimentaire optaient pour une stratégie marketing pour la moins inédite. Alors que la majorité des grandes entreprises luttent pour se retrouver parmi la richesse de contenu offert par le marché, ces marques ont réussi à créer des liens avec la jeune génération de consommateurs.

Le marketing se met à l’heure de la génération Y

À l’ère de la génération Y (ceux âgés entre 18 à 34 ans), les techniques de marketing évoluent, poussant les spécialistes du marketing à renouveler constamment la manière dont ils vendent leurs marques. Il semble d’ailleurs que les marques alimentaires, contrairement aux sociétés commerciales, proposent une nouvelle manière d’atteindre les jeunes générations de consommateurs. La génération Y étant le segment de consommateurs le plus important et le plus influent aux États-Unis, les marques alimentaires ne se contentent pas de lui vendre leurs produits, mais bien de créer des liens avec elle. Cette stratégie a l’air de fonctionner. En utilisant des termes tels
qu’ « authentique » et « significatif », cette approche narrative a pour but de satisfaire la soif d’information de qualité qu’affiche la génération Y.

Ayez une conversation significative avec votre public

Auteur à succès et spécialiste du marketing ciblant la génération Y, Michael Parrish Dudell explique que « plus que tout, la génération a soif d’information». La génération Y a grandi sans aucune entrave à l’information, à l’actualité, à la connaissance, aux données et aux idées. Contrairement au consommateur moyen, elle attend plus de la part de leurs marques préférées. Cela a donné une parfaite occasion aux marques d’avoir des « conversations » significatives créant ainsi des connexions avec le public qu’elles ciblent.

La façon dont les marques ont créé leurs liens

Pour comprendre la manière dont les marques alimentaires procèdent pour créer cette nouvelle connexion, vous devez connaître la stratégie adoptée par chacune.

Panera : « Vivre consciemment. Manger délicieusement. »

Panera fait partie des marques qui ont fait appel à un concept différent pour promouvoir leurs valeurs en matière d’alimentation complètement naturelle. L’utilisation d’une machine de Rube Goldberg dans le monde de la publicité n’est certes rien de nouveau. Tout est dans la manière de l’utiliser. Panera a su le faire. En utilisant ce dispositif circulaire dans leur publicité, leur but était de mieux refléter leur quotidien, qui commence et se termine avec le même « engagement envers la qualité des aliments au sein de la communauté ». L’idée est de représenter les décisions difficiles, et le chemin compliqué auquel la marque doit faire face lorsqu’elle crée de très bons produits. Panera a également complété sa campagne publicitaire du « vivre consciemment » avec des vidéos qui mettent en valeur le processus emprunté par ses produits. Ces vidéos présentent des images ordinaires, du simple ananas, aux ingrédients de base, pour illustrer le dévouement de la marque envers ses clients et ses propres valeurs.

Clif Bar : donne « la parole aux agriculteurs »

Des ingrédients bio et les agriculteurs qui en sont à l’origine: voici le thème de la dernière campagne publicitaire de Clif Bar. Entreprise basée en Californie, elle est spécialisée dans les aliments et boissons à base de produits bio. L’objectif de la marque est de combiner la beauté et la simplicité d’un champ d’avoine et les valeurs familiales dans une histoire engageante et éducative. La première vidéo met en scène une ferme productrice d’avoine bio au Canada. L’idée est de fusionner la connexion entre l’agriculteur et le consommateur. La génération Y est plus encline à apporter son soutien et son pouvoir d’achat à une entreprise qui encourage l’agriculture familiale et multigénérationnelle.

Domino’s : invente « le revirement de la pizza »

En 2009 Domino’s Pizza a été frappé par un constat : la qualité de la livraison des pizzas surpassait celle de ses produits. Dans le but d’apporter des changements profonds au sein de l’entreprise, Patrick Doyle, le nouveau PDG, a souligné les failles les plus flagrantes de l’entreprise, ainsi que les plaintes de la clientèle. Cette stratégie audacieuse et particulièrement téméraire s’est avérée être salvatrice pour Domino’s. Doyle a transformé les défauts de l’entreprise en un puissant outil de marketing, qu’il a consolidé avec un court documentaire traitant du « redémarrage » de la marque, intitulé : « le revirement de la pizza » (The Pizza Turnaround, en anglais). Étonnamment, la tactique de Doyle a porté ses fruits, et les clients ont vu leur ancienne pizzeria préférée revenir à ses racines, celles d’une nourriture de qualité, rendue possible grâce à la reconstruction interne de l’entreprise. Depuis le lancement de l’opération « Le revirement de la pizza », Domino’s a vu ses actions augmenter de plus de 400 %.

Chipotle sort son épouvantail

Pour respecter son slogan « nourriture intègre» (Food with integrity, en anglais), Chipotle a tout mis en œuvre pour gagner le cœur de ses clients. Sa campagne « Retour aux sources » (Back to the Start, en anglais), lancée en 2011, présentait alors un épouvantail triste, frappé par la dure réalité de l’usine alimentaire où il travaillait. Le court métrage animé, accompagné de « Pure Imagination », bande originale du film Willy Wonka interprétée par Fiona Apple, se terminait sur l’ouverture d’un restaurant bio, par le fameux épouvantail. Depuis son lancement en 2011, ce film publicitaire compte 13 millions de vues sur YouTube, ainsi que de nombreuses récompenses.

Honest Tea présente sa série « Origines »

La série web « Origines » a donné une vue détaillée des ingrédients naturels issus du commerce équitable, mis en œuvre dans les produits du réseau international Honest Tea. La marque a mis en scène ses efforts en faveur du commerce équitable à travers le monde, depuis les fermes sucrières au Paraguay, jusqu’aux plantations de thé noir en Inde. Le but était de mettre en avant les origines des ingrédients utilisés dans chaque bouteille de thé. Cette approche a particulièrement bien fonctionné pour Honest Tea, puisque les ventes ont augmenté pour atteindre les 130 millions de dollars en 2014. Seth Goldman, cofondateur de la marque, explique : « Nous nous efforçons de connecter les gens avec la nature et les communautés qui produisent nos ingrédients ».

Linda McCartney Foods touche « le cœur du pays »

Linda McCartney Foods, marque britannique de produits végétariens, a présenté sa première campagne télévisée animée il y a plus de 15 ans. En une minute, elle illustrait les valeurs fondamentales de la marque sur la question de l’environnement, la défense de la cause animale, et son engagement à utiliser des ingrédients 100 % naturels. Racontée par Elvis Costello, cette publicité était accompagnée par une chanson de Paul McCartney, ex-mari de Linda.

[MotherNatureNetwork]

Marketing de contenu et éléments visuels: croissance pour 2017

GIFs, memes, infographies, photos, etc. Quel type de visuels prévoyez-vous produire pour votre contenu en 2017?

Faites-vous partie des 53% de publicitaires qui produisent du visuel spécifiquement pour accompagner leur contenu?

Même si environ 35% mentionnent principalement utiliser des photos tirées de banques d’images, il nous en reste tout de même 65% qui produisent des GIFs, des graphiques, des visualisations de données, des vidéos, des présentations et des infographies.

Ces chiffres sont tirés d’une étude faite par Venngage (un service permettant la création rapide et facile d’infographies) auprès de 300 experts en marketing.

Ils ont publié un article qui met en lumière 10 statistiques-clés sur l’utilisation de visuels en marketing de contenu, toutes tirées de cette étude. Ils en profitent aussi pour présenter une liste de très bons exemples d’éléments graphiques que vous pouvez produire pour illustrer votre contenu afin d’augmenter l’engagement de votre audience et, dans la foulée, la valeur globale de votre investissement en production.

Chez Toast, nous croyons très fortement à l’impact visuel que votre contenu peut avoir. Nous avons les capacités de produire des éléments visuels pour votre contenu (qu’il soit texte, vidéo, etc.), donc si c’est un besoin que vous avez ou si vous souhaitez en savoir plus sur le sujet, vous savez quoi faire. Simplement écrire à [email protected] pour me rejoindre directement, ou entrer en contact avec un membre de notre équipe pour en discuter plus en profondeur.

Marketing de contenu: longueur vs qualité

La longueur de votre contenu n’est peut-être pas un facteur aussi important qu’on le croyait.

Si vous n’êtes jamais tombé sur un épisode de la série «Here’s Why» de Stone Temple Consulting, ce sera votre premier contact avec une approche assez unique où, dans l’introduction de chaque épisode, les associés se déguisent (!) et mettent en scène le sujet du jour.

Cette fois, dans l’épisode #98 que je partage avec vous, on retrouve Napoléon et Abraham Lincoln dans un sketch sur la qualité et la longueur des contenus que votre marque publie. (Dans l’épisode #97, c’était l’univers de Star Trek qui était à l’honneur…) 🙂

La question du jour est l’importance de la longueur du contenu que vous publiez (en mettant l’accent principalement sur le contenu écrit) en comparaison avec l’importance de la qualité du contenu publié.

Évidemment, vous l’aurez deviné, la qualité du contenu est l’aspect qui remporte la manche.

La vidéo mentionne d’ailleurs une règle du pouce afin d’évaluer si votre contenu est de qualité. Vous devez vous poser 3 questions lorsque vous planifiez la production de contenu:

  1. Est-il pertinent et utile pour mon audience?
  2. Est-il aligné avec mes objectifs d’affaires?
  3. Se démarque-t-il dans sa thématique?

Si le sujet vous intéresse, je vous conseille de prendre 6 minutes et visionner cet épisode de «Here’s Why». Il est tout aussi divertissant qu’intéressant!

La science derrière la création de contenu mémorable

Contenu mémorable: la science derrière la production de contenu qui permet de déclencher une action dans le futur.

On parle beaucoup du fait que votre contenu doit se démarquer dans une mer d’information et de publications provenant de marques, amis, systèmes, etc. La distribution de contenu est très, très importante, mais ce n’est pas la seule clé vers le succès en marketing de contenu.

Et si vous avez entendu une personne, qui sait de quoi elle parle, parler de marketing de contenu et de marketing vidéo, vous savez que le contenu n’est pas une tactique appropriée pour générer des ventes directement.

Le contenu est utilisé pour construire l’équité d’une marque, de la confiance, une connexion avec ses consommateurs.

Mais comment convaincre vos supérieurs qu’ils devraient définitivement investir en contenu si ça n’a pas un impact direct sur les ventes?

Surtout, comment pouvez-vous vous assurer que votre audience se souviendra avoir vu votre contenu si vous finissez par réussir à leur présenter?

C’est ici que la science du marketing de contenu, du contenu mémorable, entre en jeu. C’est ici que la notion de mémoire prospective prend tout son sens.

Pour le plaisir, voici un petit test. Répondez aux trois questions ci-dessous le plus rapidement possible:

  1. Sur quel continent se situe le Kenya?
  2. Quelles sont les deux couleurs en opposition aux échecs?
  3. Nommez un animal.

Saviez-vous que dans des études comme celle-ci, environ 20% des gens répondent « zèbre » à la dernière question, et qu’environ 50% répondent avec un animal de l’Afrique?

Si vous posiez cette troisième question sans les deux premières, seulement environ 1% des gens répondraient « zèbre! »

C’est avec cette optique  que vous pouvez aborder la production de contenu. En tenant compte de la mémoire prospective, en réfléchissant à l’action que vous désirez que votre consommateur pose au temps B et en scénarisant le contenu qu’il verra au temps A conséquemment.

Tout ceci provient d’un excellent article publié du côté de Branding Strategy Insider. Carmen Simon, PhD et auteure du livre « Impossible to Ignore: Creating Memorable Content to Influence Decisions » fait un excellent travail de vulgarisation sur les bases de la création de contenu mémorable.

Voici une présentation sommaire des principes de base de son étude :

 

Le lien entre marketing de contenu et hip-hop


Le hip-hop et le marketing de contenu partagent plusieurs éléments de base, le saviez-vous?

giphy-1

Cette semaine, je vous partage un article plus léger qu’à l’habitude.

Je suis tombé sur cet article de Kirsten Neil’s plus tôt cette semaine et il m’a fait sourire.

Essentiellement, elle compare la structure d’une chanson hip-hop à ce qui est nécessaire dans une bonne stratégie de contenu, et je pense qu’elle a bien réussi. 🙂

Comme elle le dit, c’est une comparaison un peu obscure, mais ça marche.

Voici les 6 éléments où elle voir un lien direct entre les deux:

  1. Le beat: vous avez besoin d’un bon rythme en marketing de contenu, tout comme une constance dans ce que vous publiez à votre audience.
  2. La foule: parlant d’audience, vous avez besoin d’en avoir une. Et tout comme le hip-hop, vous ne pouvez espérer plaire à tous avec votre contenu.
  3. Le hook: dans un récent article sur Infopresse, j’ai expliqué comment il est essentiel de balancer l’effort dans votre stratégie de contenu. Tout contenu ne peut être prémium (mais tout contenu doit être bon!). Le hook est exactement ceci: une pièce de contenu qui se démarque des autres, celle dont vous vous souviendrez.
  4. Le style: pas besoin de beaucoup d’explications pour ce point. Votre ton et votre approche sont ce qui vous distingue, ce qui rend votre marque unique.
  5. Les mots: Votre contenu ne se rendra pas bien loin si ses mots, ses messages ne sont pas top notch. Tout comme une chanson hip-hop.
  6. Le sampling: avez-vous déjà entendu parler de la curation de contenu?

Alors je vous laisse lancer un peu de musique et cliquer vers l’article de Kirsten pour en lire tous les détails.

Pour ma part, ce sera « Walk This Way » de Run D.M.C. (quelle superbe collaboration entre le milieu hip-hop et le milieu rock).

3 conseils pour réussir vos campagnes de publicité native

Elle est à mi-chemin entre contenu et publicité. Malgré cette identité ambiguë, elle a su se frayer un passage jusque sur les pages web de grandes maisons de presse comme le New York Times ou le Wall Street Journal. Cette forme de contenu sponsorisé, plus techniquement appelé ‘publicité native’ se veut une incruste discrète. Dans l’idéal, cette réclame déguisée, apparaissant généralement en forme d’article ou de vidéo, doit se fondre parfaitement dans le décor, promouvant un produit quelconque sans avoir l’air d’y toucher. Mais peu maitrisent cet art. A tel point qu’au final, elle rebute le client aulieu de l’amadouer. Dans un article paru sur CMS Wire, Tom Wentworth, spécialiste de gestion de contenu web fait part de trois commandements à observer pour ceux qui veulent y recourir.

Produire régulièrement du contenu

Avant d’oser faire votre pub sur un site partenaire, veillez à être une référence vous-même, et cela sur vos propres sites. C’est le cas du fast-food grillé Chipotle. Cette marque a su créer un flot de contenu intéressant et utile sur sa page Tumblr, mais aussi dans sa propre série télévisée en quatre parties intitulée «Farmed and Dangerous». Diffusée sur Hulu – le site web de vidéo à la demande, elle jette un regard satirique sur jusqu’où les compagnies agricoles peuvent aller pour déformer les perceptions sur leurs pratiques. Dans la foulée, Chipotle fait la lumière sur les aliments qui se trouvent dans votre assiette tout en soulignant l’importance de consommer des ingrédients cultivés avec intégrité comme ceux servis chez elle. Du coup, c’est avec plaisir que fans et néophytes suivent la campagne de publicité de Chipotle sur les sites tiers tel que sa série «Food for Thought» sur Huffington Post.

Créer du contenu pertinent

Si Chipotle a réussi, c’est aussi parce que sa communication est conforme à son identité. Elle conserve un message cohérent sur l’ensemble de ses plateformes. Trop de marques tombent dans le piège de faire de la pub juste pour le principe, sans associer le contenu à leur marque ou à la mission de leur entreprise. C’est le cas d’une publicité de Virgin Mobile dédiée aux papas, paru dans le site d’information BuzzFeed. Sortie durant la fête des pères, elle fut néanmoins mal reçue parce qu’elle n’était nullement liée aux activités de Virgin Mobile.

Distribuer ce contenu au bon endroit

Le lieu idéal pour une publicité native serait là où elle est en harmonie avec le contenu de la plateforme où elle apparait, et où elle déclencherait une action de la part de l’internaute, conseille Tom Wentworth. Pinterest est un excellent exemple d’un forum où les consommateurs peuvent partager des photos des marques et produits qu’ils aiment, mais aussi de procéder directement à l’achat grâce à son bouton «Acheter». Ainsi, les professionnels du marketing gagneraient à y insérer leurs pubs grâce à ses tableaux intégrés (Pinboards) ou en parrainant des boards liés à leurs offres.

Contenu en direct: comment valider et vérifier?

Que pouvons-nous apprendre des grandes entreprises média lorsque nous faisons du direct?

Avec tout le buzz que nous vivons autour du direct, nous pourrions être portés à penser que c’est comme si c’était du nouveau, mais ce n’est pas le cas évidemment. Les grands médias en font depuis des décennies et en ont fait une discipline bien rodée.

C’est lors de grands événements et rendez-vous qu’on peut vraiment découvrir tout ce que le direct implique.

La semaine dernière avait lieu le premier débat à la présidentielle Américaine, et c’est toujours un rendez-vous de vérification et de validation de ce qu’on peut entendre de la bouche des candidats.

J’ai trouvé très intéressante la méthodologie de NPR pour la vérification et la validation des faits et citations des candidats. En direct (ou du moins avec quelques minutes de délai), ils étaient en mesure de publier un verbatim du débat, avec annotations et vérifications journalistiques.

Comment l’ont-ils fait? Vous pouvez découvrir l’envers du décor dans un article du Nieman Journalism Lab:

  • Accès au sous-titrage en direct;
  • Une cinquantaine de reporters, recherchistes, graphistes, rédacteurs, etc.;
  • Un fichier Google Docs.

Sans que les interventions vidéo ou de production de contenu en direct de votre marque aient besoin d’une couche aussi rigoureuse de vérification à tout moment, il peut être intéressant de voir comment un grand groupe média a su utiliser les outils à sa disposition (des outils auxquels vous avez aussi accès) pour générer du contenu en direct, le plus rapidement possible, mais surtout le plus véridique possible.

La monétisation du contenu: un blogue générant 20M$ de revenus

L’exemple parfait de l’importance de trouver sa voix et être authentique.

En 2010, Kyle Taylor n’avait pas un sou et avait plusieurs petits emplois. Il décida de bloguer à propos de ses finances personnelles, ses tentatives pour mettre de l’argent de côté et se sortir de sa situation financière.

Six ans plus tard, il a 42 employés et génère près de 20M$ en revenus de ce même blogue sur la finance personnelle.

Simon Owens, journaliste dans le domaine de la technologie et des médias, a récemment publié un excellent article, très détaillé, sur la façon dont Taylor est passé de rien à une entreprise média, en publiant du contenu.

Il parle de l’importance de trouver sa voix, un point clé pour «The Penny Hoarder», nom du blogue de Taylor, dans la façon dont le blogue a créé une connexion forte avec son audience. Comme plusieurs d’entre vous le savent, je crois fortement dans l’écriture à la première personne et à quel point être authentique, raconter de vraies histoires ne peut qu’être bénéfique.

Au départ, le blogue ne faisait pas d’argent, et Taylor évalue que ce n’est qu’environ deux ans et demi plus tard qu’il a pu réellement en tirer un salaire, mais à partir de là, tout n’a été que croissance.

L’article de Owens raconte les détails sur la façon dont l’entreprise derrière le blogue s’est bâtie, comment elle a commencé à générer des revenus et comment elle travaille aujourd’hui avec des annonceurs grâce à la publicité native.

Les marques doivent de plus en plus agir comme des médias et «The Penny Hoarder» est une excellente étude de cas démontrant à quel point il faut être patient lorsqu’on démarre une publication numérique, qu’il faut maintenir sa voix tout au long du processus, mais aussi comment lorsque vous avez bâti une audience solide, il devient de plus en plus facile d’obtenir des résultats et générer des revenus.

Pourquoi votre stratégie de contenu doit couvrir l’actualité

Dans un article publié en juillet dernier sur skyword.com, l’auteure Krystal Overmyer explique pourquoi il est important qu’un contenu marketing contienne des nouvelles. Révolu le temps où il suffisait de proposer vos produits et services à tout va au consommateur. Ce type de marketing incitatifne séduit plus. Aujourd’hui,c’est grâce à du contenu informatif et utile que vous garderez vos clients existants tout en attirant de nouveaux.

La plateforme: Misez sur les réseaux sociaux

Où avez-vous appris que Whitney Houston était morte ou qu’Usain Bolt avait encore remporté l’or à Rio ? Probablement pas sur votre télé et encore moins dans le journal, mais vraisemblablementsur internet ou sur votre mobile. Cet engouement pour la découverte d’infos est très perceptible sur les réseaux sociaux. Selon une étude de « Pew Research Center » menée entre janvier et février 2016, 62 % des américains accèdent à l’actualité au moyen des réseaux sociaux, dont 70 % sur Reddit, 66 % sur Facebook, 59 % sur Twitter, 31 % sur Tumblr, 23 % sur Instagram, 21 % sur YouTube…

Ceci reprensente une hausse de 13 % par rapport à 2012. Du coup, les Facebookers par partagent davantage d’articles d’actualité que de posts personnels, changeant ainsi la vocation même du bébé de Zuckerberg. Puisqu’il est prévu que cette tendance se poursuive, il est vivement conseillé aux marketeurs de se transformer en éditeurs média pour s’adapter à cette nouvelle stratégie de communication !

A lire aussi : Marketing de contenu et courriel : l’alliance gagnante

Un contenu utile et partageable

Qu’importe si le contenu en question n’a rien à voir avec votre produit, comme c’est le cas de Red Bull dont le magazine Red Bulletin parle de tout sauf de boissons énergisantes. Ce qui importe est que votre contenu attire de l’audience, engage les utilisateurs et les maintienne sur votre site le plus longtemps possible.

Un exemple à suivre est celui de Marriott International qui adopte la stratégie des 3C pour contenu, communauté et commerce. Ce qui implique que la marque va d’abord divertir son audience, puis créer une relation pour transformer cette audience en prospects, et ensuite seulement penser à la vente. Une approche similaire propulsera votre notoriété à long terme !

Source: http://www.skyword.com/contentstandard/marketing/why-your-brands-content-strategy-should-cover-the-news/

Crédit : https://www.flickr.com/photos/[email protected]/6280553392/sizes/l

Facebook Live et la diffusion en direct, la nouvelle révolution

Une nouvelle dimension à la vidéo en ligne: le direct.

Une grande différence constamment soulevée entre la télévision (traditionnelle) et la vidéo en ligne a toujours été cette capacité que la télévision a de créer des rendez-vous, de rassembler de grandes audiences, à un moment précis autour d’un événement télévisuel. Et c’est toujours vrai, on le voit dans des contextes d’événements sportifs (l’Euro en ce moment!), culturels, aussi dans certains contextes d’émissions de variétés (La Voix, etc.).

La question a toujours été de savoir s’il serait possible de recréer ceci sur le web, le mobile et les différents appareils avec lesquels nous consommons du contenu en ligne aujourd’hui.

Dernièrement, la tendance qui s’en rapproche le plus est la diffusion en direct. Elle a toujours été possible, avec des plateformes comme uStream et autres similaires, mais cette nouvelle intégration profonde de la notion du direct et des plateformes sociales comme Facebook a permis de l’élever à un autre niveau.

Il est toujours possible de visionner une diffusion directe à posteriori, une fois celle-ci terminée, peu importe si nous étions disponibles ou pas pendant le moment où ça se déroulait, mais il y a quelque chose de fort au niveau affectif d’être là pendant que ça se passe (on se souvient que pour développer un contenu mémorable, il faut savamment combiner les composantes cognitives, perceptives et affectives).

Étiez-vous en ligne lorsque BuzzFeed a fait exploser un melon d’eau avec des élastiques? Ou vous êtes-vous déjà branché à la fort intéressante diffusion en direct de notre associé chez Toast, Serge Beauchemin, pendant et après les épisodes de Dans l’oeil du dragon à Radio-Canada?

Dans le premier cas, l’utilisation du direct vise à créer une audience autour d’un événement unique, divertissant et imprévisible. Dans le second cas, Serge se rend disponible pour commenter sur l’épisode à la télévision et parler d’entrepreneuriat, mais surtout répondre aux questions en échangeant directement avec la communauté, qui a ainsi l’opportunité de poser des questions en direct.

Chez Toast nous développons présentement avec différentes marques leur stratégie « en direct » et la façon dont elles peuvent utiliser la forme comme levier auprès de leurs audiences. Ceci peut se traduire par des diffusions sur Facebook ou YouTube, des « Stories » sur Snapchat ou autre, mais à la racine, l’expérience désirée par la marque est au coeur de la stratégie et de ce qui sera diffusé.

Un article de MarketingLand présente 3 études de cas de diffusion en direct: Tastemade, Dunkin Donut’s et The Young Turks news network. 3 utilisations très différentes de cette approche de production et diffusion de contenu.

Avez-vous pensé utiliser la diffusion en direct pour votre marque? N’hésitez pas à nous faire signe, nous serions curieux d’en savoir plus!