Les vidéos YouTube ont de la valeur, Dreamworks nous en donne la preuve

La chaîne YouTube AwesomenessTV achetée par Dreamworks pour 33$M

Les médias de l’industrie en parlent depuis quelques jours. La première acquisition d’importance d’une chaîne YouTube par un « major. »

AwesomenessTV diffuse sur son compte YouTube des émissions destinées aux adolescents (tweens et teens). Chaque semaine, des nouveaux épisodes d’une quinzaine de séries y sont publiés. Près d’un demi-million de personnes suivent la chaîne. Les émissions restent relativement simples dans leur niveau de production, mais elles sont produites un public cible très précis et c’est ce qui en fait un succès.

Qu’est-ce qui a rendu AwesomenessTV si intéressant pour Dreamworks? Leur approche de diffusion et les techniques de production qu’ils ont développées notamment. Ils ont su, au cours des dernières années, peaufiner la fréquence des épisodes, leur durée et la structure du contenu.

Dans l’article de cette semaine, attrapé au vol dans une discussion entre Gabrielle Madé (FMC) et Suzanne Lortie (UQAM), on peut lire une très bonne analyse de la transaction. Vous y apprendrez aussi qui est et ce qu’est AwesomenessTV.

LIRE L’ARTICLE DE PANDODAILY >

YouTube ne renouvellera pas 60% des canaux financés

Nouvelle ronde de financement par YouTube pour du contenu original. Moins de la moitié des chaînes renouvelées.

Je vous parle souvent de YouTube ces derniers temps, mais leur place dans l’environnement des médias fait en sorte qu’il est important de suivre leurs actions, analyser leur cheminement et évaluer où notre stratégie, en tant que producteur de contenu, peut être affectée.

Cette semaine, nous faisons suite au dossier des chaînes de contenu original que YouTube a financées l’an dernier lorsqu’elle a saupoudré 100 millions de dollars pour créer environ une centaine de « chaînes originales. »

Un an plus tard, c’est le moment de faire le bilan de cette première année et d’évaluer si leur financement sera renouvelé ou pas.

Et bien le couperet est présentement en train de tomber et selon YouTube, seulement 30% à 40% des producteurs verront leur financement YouTubien se prolonger.

Quel est leur critère principal ? Principalement le temps de visionnement et la gestion du budget.

Présentement les nouveaux canaux dans le Top25 ont environ un million de visionnements par semaine, ce qui donne une idée du barème de succès.

Qu’est-ce qui caractérise ceux qui ont du succès? Ils mettent le développement de l’auditoire et de la communauté très haut dans la liste des priorités.

YouTube, au cours de la dernière année, a donc pu constater ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, et prend position sur les prochaines chaînes originales qui verront le jour (grâce à leurs deniers).

On se concentre ici sur les chaînes que YouTube a financées, mais parions que globalement, la direction qu’ils prennent reste pertinente pour beaucoup de producteurs qui évaluent le potentiel de créer des contenus pour cette plateforme.

L’article que je vous propose cette semaine vient du côté d’Advertising Age et fait une analyse juste assez poussée du bilan de la première année de YouTube en tant que source de financement.

LIRE L’ANALYSE D’ADVERTISING AGE >

P.S. La photo est une photo prise au siège social de YouTube à San Bruno en Californie.

YouTube finance 60 nouvelles « chaînes » à l’international

YouTube passe en troisième vitesse avec le lancement de nouvelles chaînes.
Il y a environ un an, YouTube lançait une série de « chaînes » sur sa plateforme en finançant la production de contenus originaux destinés à être diffusés sur sa plateforme.

Un an plus tard, soit cette semaine, elle annonce qu’elle lance 60 nouvelles chaînes destinées à trois marchés précis : L’Angleterre, l’Allemagne et la France. Pas de contenus visant spécifiquement le Canada, mais nous avons accès aux productions des États-Unis (les chaînes lancées l’an dernier).

La première année a-t-elle prouvé que le tout est voué au succès? Il est intéressant de noter que sur la centaine de chaînes lancées en 2011, une vingtaine ont plus d’un million de visionnements par semaine. Ce n’est pas rien. Mais est-ce un gage de rentabilité? (car après tout, c’est ce qu’on vise tous non?)

Ce qui pourrait réellement faire la différence est ceci : YouTube vise le développement des auditoires. Ceci signifie qu’ils vont offrir aux propriétaires de « chaînes » un revenu prévisible sur plusieurs années, indépendant du nombre de visionnements. Ceci permettra aux créateurs de contenu de se concentrer à développer un auditoire fidèle plutôt que de se baser sur des « quickies » à saveur virale.

L’article de cette semaine présente une entrevue réalisée par AllThingsD avec Robert Kyncl, l’architecte de toute cette stratégie.

LIRE L’ENTREVUE >

YouTube diffuse une ambitieuse série transmédia

À l’automne dernier, YouTube lançait son initiative « Made For Web« , un programme visant à diffuser une grande quantité de contenu original de haute qualité produite par les Madonna, Tony Hawk et Ashton Kutcher de ce monde. La série « My Music » en est directement issue et retient l’attention pour son caractère transmédia.

Déployés dans 4 webséries (1 série principale, 3 spin-offs) et par une forte présence sur différentes plateformes (Twitter, Facebook, Google+, Tumblr), les personnages évoluent d’une semaine à l’autre grâce à une équipe éditoriale de 11 personnes travaillant à temps plein sur le projet, dont 2 scénaristes dédiés aux interactions sur les médias sociaux.

L’article de GigaOM présente les grandes lignes du projet des frères Fine, mais prenez aussi le temps de visionner quelques épisodes pour vous en faire votre propre idée. Pour ma part, je ne crois pas faire partie du public cible…

Je vous mets directement ici le premier épisode des 4 séries disponibles: