Skip to content

Un documentaire de marque par Norton

Un documentaire de marque de 23 minutes, qui ne parle pas de la marque.

Vous entendrez ceci souvent chez Toast: Si vous produisez du contenu de marque, parlez de votre marque le moins possible. Et si vous le faites, faites-le dans le respect de votre audience.

C’est ce que Norton a fait dans un documentaire d’une vingtaine de minutes qu’ils ont récemment lancé, deuxième d’une série dont le premier était sorti en juin 2015. Dans les deux épisodes, il n’y a pas de mentions directes de la marque (au-delà des crédits de début et de fin, ainsi qu’une entrevue sur le sujet avec un expert interne chez Norton).

Mais le contenu tire directement dans le mille au niveau des valeurs et de la proposition de valeur de la marque: la sécurité en ligne. (Norton est une compagnie qui développe des logiciels antivirus et de sécurité.)

Dans la vidéo de 23 minutes mentionnée dans l’article que je vous partage, un réalisateur part à travers le monde, à la recherche de centres de données très sécurisés. En trame de fond, il se pose la question: « Où se cachent les cybercriminels? »

 

Le contenu, dans l’ensemble, est très intéressant et bien produit. Son objectif est de travailler au niveau de la marque et de son équité en produisant un contenu divertissant et pertinent sur la cybersécurité, sans directement vendre un produit Norton.

L’article que je vous partage aujourd’hui n’est pas un article sur le projet en soi, mais un article qui est en fait un exemple de couverture de presse que ce second épisode a reçu. Et c’est ici que le contenu prend souvent son sens, lorsqu’il récolte une certaine traction, qu’il est assez utile et pertinent pour son audience et qu’elle en parle et le partage.

Le documentaire est la raison pour laquelle ce journaliste a écrit un article sur les centres de données ultra-sécurisés. Bien sûr, me direz-vous, il doit bien y avoir un effort de RP derrière ceci, et je n’ai aucun problème avec cela. Si le sujet intéresse un journaliste et qu’il désire en faire un article, go.

À ce sujet, la plupart des médias d’importance ont dorénavant un gabarit et un design différent pour les articles ayant été directement commandités par un annonceur et cet article, publié chez Vice, n’en a pas. Ceci signifie que le contenu que Norton a produit est assez intéressant et pertinent pour que le journaliste écrive un article qui en parle.

Et c’est que les marques peuvent apprendre de ceci. Si vous produisez du bon contenu vidéo, les gens en parleront et il pourrait être repris par un ou plusieurs médias qui lui donneront une portée encore plus grande.

Je vous laisse donc consulter l’article pour en apprendre plus sur les centres de données, mais gardez votre casquette-de-contenu-de-marque bien ancrée et analysez comment ce documentaire de marque a ainsi vu sa portée augmentée.

Et si vous désirez en savoir plus sur la meilleure façon de produire du contenu comme celui-ci, simplement écrire à [email protected] et nous pourrons échanger sur le sujet.