Le contenu de marque que les consommateurs veulent

59% des internautes de 18 ans et plus visionnent une vidéo lorsqu’ils visitent le site d’une marque

J’ai déjà parlé de l’auto-distribution de contenu de marque. L’auto-distribution étant le fait qu’une marque fasse le choix de distribuer le contenu qu’elle produit sur ses propres plateformes (owned-media), comme peuvent le faire les médias de masse.

Lorsqu’une marque tente d’avoir une portée beaucoup plus large que son audience actuelle, ce n’est généralement pas le meilleur choix, à moins de mousser la diffusion de ce contenu avec une solide campagne de promotion, ce qui permettra d’attirer une nouvelle audience vers ses plateformes.

Le grand point positif de l’auto-distribution, c’est que la marque peut compter sur l’engagement de son public, un public qui veut en savoir plus sur ses produits, ses valeurs, sa façon de faire.

Peut-être que les vidéos ne permettent pas de capitaliser sur le SEO autant que les textes et qu’ils coûtent plus cher à produire, mais c’est exactement le type de contenu que les visiteurs de vos sites souhaitent voir. Ils sont venus sur votre site — « chez-vous » — et plus souvent qu’autrement, ils s’attendent à ce que vous les receviez avec le meilleur de vous-mêmes.

Lorsqu’elles sont bien réalisées, les vidéos sont une excellente façon de répondre à leurs attentes.

Vous savez les vidéos que plusieurs compagnies mettent sur leurs pages d’accueil? Eh bien les gens les regardent.

Dans un récent article de eMarketer, non seulement nous apprenons que 59% des visiteurs regardent les vidéos de marques sur les sites corporatifs, mais dans 55% des cas, c’est même leur endroit de prédilection pour consommer de tels contenus.

Mais il y a un problème. C’est que 75% des marques et des spécialistes en marketing affirment que pour eux. la production de vidéos n’est pas une priorité et ils n’ont aucunement l’intention que ça le devienne au cours de la prochaine année.

Il semble y avoir un écart entre ce que les consommateurs et les marques pensent. Remédions à ce problème dès maintenant. Découvrez sur l’étude d’où sont tirés ces chiffres en lisant l’article d’eMarketer.

Nous passons d’un écran à un autre 21 fois par heure

Marques et producteurs doivent s’adapter à cette nouvelle réalité de consommation des contenus.

Un projet de recherche qui s’est déroulé Grande-Bretagne a révélé que les gens passent d’un appareil à un autre en moyenne 21 fois par heure lorsqu’ils sont à la maison.

Les annonceurs, marques et producteurs doivent tenir compte de ceci. Ces nouvelles façons de consommer demandent à ce que les pratiques traditionnelles soient mises à jour.

Chez Toast, nous parlons beaucoup de contenu de marque et c’est le type d’étude qui vient appuyer nos propres affirmations : « C’est pourquoi nous voyons une telle croissance dans [le contenu de marque] à la télévision; c’est un nouveau format qui peut créer un engagement avec l’auditoire dans ce genre de période de temps [très courte]. » a dit Chris Cornell, directeur des insights chez OMD (la firme ayant fait l’étude).

Même les consommateurs ne réalisent pas qu’ils se comportent ainsi : « […] les participants étaient surpris eux aussi. Ils étaient conscients d’être en mode multitâche, mais surpris de constater jusqu’à quel point ils passaient souvent d’un appareil à un autre », a ajouté Worrell.

L’article de cette semaine explique un peu plus en profondeur quelles sont les implications des résultats de l’étude. Vous pouvez en lire plus en vous rendant sur le site de Campaign, en cliquant sur le lien ci-dessous.

LIRE LA SUITE >

75% des québécois sur les médias sociaux, mais…

« Les Québécois consultent les réseaux sociaux, mais considèrent qu’ils ont un impact négatif sur leurs relations. »

Je pense que cette phrase a fait ma semaine.

Elle est tirée d’un article de Julie Buchinger, publié du côté d’Infopresse, présentant certains résultats intéressants (et paradoxaux) d’une récente étude de Hebdos Québec/Léger Marketing.

On nous y dit que presque le trois quarts des Québécois utilisent les médias sociaux (c’est quand même énorme) et que près de la moitié considèrent que les médias sociaux sont en train de modifier profondément les rapports entre les personnes, mais de façon négative.

Négative. Oui oui.

Mais il y a du positif.

Un peu plus de la moitié des Québécois consultés pensent que les médias sociaux aident à lutter contre la solitude. On peut au moins se consoler avec cette affirmation pour l’instant.

Vous trouverez plusieurs autres statistiques très intéressantes tirées de cette étude dans l’article d’Infopresse (et en plus ils donnent le lien vers les résultats complets).

L’ARTICLE D’INFOPRESSE ET LES RÉSULTATS PAR ICI >

Innover dans la recherche de son auditoire

Retrouvez votre auditoire là où il ne pense pas que vous serez (sans tomber dans la facilité).

J’avais la discussion cette semaine avec un client qui met une grande partie de son budget publicitaire sur l’achat média dans des publications spécifiques à son industrie. Bien que son placement reste pertinent, il faut aussi se permettre de se poser la question : « Y a-t-il d’autres (nouvelles) façons de rejoindre les gens que je désire cibler? »

L’article de cette semaine présente le cas d’une agence de publicité qui, à la recherche d’employés créatifs, a invité les intéressés à jouer avec elle à Draw Something, un jeu similaire à « Fais-moi un dessin » (pour ceux qui s’en souviennent).

L’article ne dit pas si l’effort a été couronné de succès, mais il soulève l’idée et l’intérêt d’innover dans nos efforts pour rejoindre notre public cible. Il faut penser au-delà de la commandite de contenu (l’exemple de McDonald’s, la photo ci-dessous, dans le même jeu, pas le meilleur exemple au monde) et plutôt s’intégrer à l’expérience des utilisateurs sur une plateforme donnée.

Voici donc quelques exemples récents :

  • Une compagnie oeuvrant dans le jeu vidéo a lancé, en ligne, sa recherche pour de nouveaux programmeurs en jouant avec les meilleurs à Diablo III.
  • Une agence de publicité qui, dans sa recherche pour des stagiaires, a invité les joueurs de Draw Something à jouer avec elle (l’article de cette semaine).
  • Une troisième entreprise, à la recherche d’un designer, qui a placé une fausse copie des logiciels de design Adobe dans les répertoires d’applications piratées, dans laquelle était placé un message invitant à les contacter pour un emploi.

Ces exemples sont bien sûr tous liés à l’embauche, mais peuvent facilement être extrapolés à une stratégie de « outreach » vers un auditoire que vous désirez rejoindre.

Je vous laisse y penser ou, si vous avez d’autres exemples, écrivez-moi!